web space | free website | Business Hosting | Free Website Submission | shopping cart | php hosting

LE "VIVIENGATE"

INTERVIEW - EXTRAITS
Janine TAVERNIER

 

 

  RETOUR
      ACCUEIL

  INTERVIEW
      COMPLET JT

  CONTACTS
        E-MAIL

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

Janine Tavernier
Ancienne Présidente de l'UNADFI

 

Concernant l'omniprésence d'Alain Vivien :
"
Alain Vivien a tendance à vouloir tout régenter. Toute l’action devrait passer par lui."

audio non disponible

Le Point - 
octobre 2001

 

Concernant la prise de pouvoir à l'UNADFI après son départ :
"Il y a toute une équipe de personnes qui ont envie de s’intéresser aux doctrines et aux philosophies. Moi, je n’y tiens pas. Je suis rentrée à l’association justement parce qu’on ne s’occupait pas des doctrines ni des croyances."

audio non disponible

Technikart - 
novembre 2001

 

Sur l'utilisation de l'étiquette "secte" pour se débarrasser des alternatives :
"De plus en plus, les gens voient des sectes partout. Si on fait du yoga, si on se soigne à l’homéopathie ou à l’acupuncture, on fait partie d’une secte. Je trouve cela extrêmement grave parce qu’on doit avoir une grande ouverture et accepter les médecines parallèles sans juger ni cataloguer."

audio non disponible

Technikart -
 novembre 2001

 

Sur les accusations contre les écoles Steiner et sur les rumeurs :
"Nous ne nous intéressons qu’aux victimes et nous n’en avons jamais reçu des écoles Steiner. Je trouve cela anormal qu’elles soient cataloguées comme sectes et que l’on me reproche de les soutenir car mes petits-enfants y sont éduqués. Je me pose des questions. Je voudrais lutter contre cela, notamment quand je vois que des magasins comme Nature et Découverte sont présentés comme faisant partie de la Scientologie. Toutes ces rumeurs sont inadmissibles et je ne veux pas jouer ce jeu-là."

audio non disponible

Technikart - 
novembre 2001

 

Sur les dangers et les dérives :
"De plus, on se sert du phénomène sectaire pour dénoncer et créer des rumeurs. En gros, si on en veut à son voisin, on l’accuse d’appartenir à une secte."

audio non disponible

Technikart -
novembre 2001